350 ans de Charleroi: Cerise sur le gâteau au PBA

Vendredi 09 Décembre 2016 - 10:06

L'année 2016 s'achève déjà... Et avec elle, le 350è anniversaire de Charleroi. Ce jeudi soir, au PBA, la Ville avait tenu à remercier toutes les forces vives qui ont contribué à faire de ce jubilé une réussite: Un moment qui restera gravé dans les annales. L'occasion aussi, lors de cette chaleureuse réception, de sceller officiellement le coffre à souhaits qui ne sera rouvert que dans cinquante ans...

Telle une cerise sur le gâteau, la sympathique et conviviale réception organisée ce jeudi 8 décembre au soir dans la très belle salle des Congrès du Palais des Beaux-Arts est venue courronner en beauté le gâteau du 350 è anniversaire de notre chère cité.

Parce que les événements, les colloques, les manifestations, et autres activités à foison organisés tout au long de l'année sous l'égide de ce jubilé n'auraient pas eu le retentissement et l'aura qu'ils ont eu sans les opérateurs culturels, les férus de folklore, les comités de quartier, les enfants des écoles et autres citoyens, ainsi que l'ont rappelé lors de leur brève prise de parole l'échevine Julie Patte et le bourgmestre en titre Paul Magnette, la Ville a tenu à les en remercier lors d'une petite soirée qui fut également l'occasion de sceller officiellement, ce coffre passeur d'histoire.

« Pour notre ville, 2016 fut une année plus que particulière; elle a été exactement ce que nous voulions qu'elle soit: Une année où chacun puisse trouver une occasion de prendre part à l'anniversaire de sa ville » devait souligner notamment l'échevine Julie Patte. « Cette clôture festive, nous voulions la faire avec tous ceux qui ont donné corps à cet événement ». Elle rappelait au passage tant de beaux et grands épisodes du programme festif, à l'instar du point d'orgue que fut l'exceptionnelle journée du 3 septembre, date anniversaire de la fondation de Charleroy. « Les 350 ans de Charleroi, qui étaient placés sous le triple signe de l'histoire, de l'identité locale et de la fête, ça été tout ça, mais bien plus encore » devait-elle ajouter : Ce fut surtout la surprise face à tant d'enthousiasme suscité dans le public, les écoles, les quartiers,... ».

L'enthousiasme, l'investissement de tant de Carolos, du public en général mais aussi, il faut le souligner du Collège sans restriction et de biens de services de l'administration, qui se sont impliqués d'une manière ou d'une autre pour faire de cet anniversaire quelque chose qui restera gravé dans la vie de Charleroi, c'est ce que devait mettre également en exergue le bourgmestre P. Magnette. « Nous souhaitions que les 350 ans de Charleroi soient une fête pour les Carolos mais aussi une fête par les Carolos; quelque chose où ils se seraient investis, et c'est ce qu'il s'est passé. Ce sont des centaines de Carolos qui se sont impliqués d'une manière ou d'une autre ». Dans un jubilé où, finalement, le plus important sans doute insista P. Magnette, ce sont tous ces liens qui ont pu se créer ou simplement se renouer entre tout un chacun. Ce sont tous ces moments de joie et d'effervescence qui sont venus éclairer une actualité parfois bien triste voire dramatique pour le pays, mais aussi pour la région de Charleroi à l'image de l'agression dont ont été victimes deux policières où la fermeture de l'usine Caterpillar. Vous vous en souvenez, c'était la vieille de la grande célébration du 3 septembre?

Après tant d'efforts et d'énergies déployés « En 2017, on va se reposer un peu et puis, on commencera à penser au 400è anniversaire... » conclut-il sur le ton de l'humour. Juste avant de sceller, entouré des ses collègues, le coffre à souhaits qui nous projettera dans le futur. « L'idée, c'est de léguer quelque chose aux Carolos de 2066 ». Scéllé, symboliquement puisqu'on pourra encore y déposer ses messages et autres petits objets jusque tout début janvier 2017 (il sera toujours accessible dans le hall d'entrée de l'hôtel de ville), ce coffre, joliment décoré par l'artiste Mioche, sera, d'ici peu donc, confié au service des Archives de la Ville. Il ne sera ouvert qu'en 2066 par les autorités communales. Le 3 septembre exactement.