Culture: Une enveloppe additionnelle d'1 million d'euros pour Charleroi!

Vendredi 25 Novembre 2016 - 14:37

La rumeur courrait mais la chose a été confirmée ce vendredi matin par la ministre Alda Gréoli:4 opérateurs culturels majeurs de la place vont bel et bien être refinancés, de manière substantielle, par la Fédération Wallonie-Bruxelles. On parle d'une enveloppe d'1 million d'euros supplémentaires que se partageront, dès 2017 et de manière pérenne, le Théâtre de l'Ancre, le BPS22, le Musée de la Photo et le Rockerill. Vous avez dit Black Friday?

C'est connu: Un (ou une) ministre qui se déplace vient rarement les mains vides. A Charleroi, ce vendredi matin, la nouvelle ministre en charge de la Culture en Fédération Wallonie-Bruxelles y est venue tout sourire. Et pour cause: Dans sa mallette, une belle et grande enveloppe contenant un chèque d'un million d'euros. Tout le contraire donc, d'un vendredi noir!

Concrètement, elle sera répartie entre 4 institutions phares du paysage culturel carolo que sont le Théâtre de l'Ancre (+300.000€), le BPS22 (+300.000€), le Rockerill (+200.000€) et le Musée de la Photo (+200.000€). « Il me paraissait essentiel d'accorder des moyens supplémentaires à ces quatre opérateurs actifs à Charleroi afin de contribuer aux efforts de redéploiement de la ville; afin de faciliter l'accès de toute la population au beau et à la culture, des facteurs importants d'émancipation» soulignait notamment Mme Gréoli. Elle, qui fait de l'encouragement à rapprocher culture et public un de ses chevaux de bataille de mandataire politique, félicitait au passage le bg et son Collège, la députée et conseillère communale véronique Salvi (cdH), pour la force et la qualité des projets qui ont déterminé ce soutien additionnel.

« Ca été un long travail car il y a beaucoup d'opérateurs qui pouvaient prétendre à une revalorisation de leur dodation. Nous avons dû opérer des choix; C'est l'aboutissement d'un gros travail collectif» expliquait parallèlement le bourgmestre en titre, Paul Magnette.

Un bourgmestre, on l'imagine, plus que ravi. « C'est un nouveau départ, c'est un soulagement, c'est un jour de joie", dit-il, à l'occasion d'un point presse organisé dans les locaux du BPS22. « Les demandes sont réelles et elles ont été entendues; il y a (avait) une injustice (culturelle) historique qui est réparée » s'est-il fécilité.

Enfin, dira-t-on. Est-il besoin de rappeler, ainsi qu' il l'a fait, depuis combien de temps ce secteur réclamait son dû (à tout le moins une partie de son dû) par rapport à d'autres grandes villes que sont Namur ou Liège par exemple? Mais bon. « Il y a toute une dynamique qui se met en place ». Entendez qu'il faut un début à tout et que l'effet d'entraînement aidant, la culture, (re)financée à hauteur de ses ambitions, sera réellement, un jour, comme écrit noir sur blanc dans le projet de Ville concocté par la Majorité tripartite, un des axes majeurs du redéploiement de Charleroi.

Qui a déjà bénéficié jusqu'ici, en termes d'infrastructures ainsi que le rappelait encore P. Magnette de quelques 42,5 millions d'euros d'interventions croisées de Fonds européens, de la Fédération Wallonie Bruxelles, de la Wallonie, de la Province de Hainaut et de la Ville de Charleroi: Quai 10 : 18 000 000 €, Théâtre de l’Ancre : 7 200 000 €, Bibliothèque de Gosselies, Roux, Vecteur : 1 939 750 €, BPS 22 :  5 000 000 €, Charleroi Danses : 4 652 000 €, PBA : 4 540 000 €, Musée des Beaux-Arts : 850 000 €, Eden : 185 000 €, Théâtre de la Guimbarde : 200 000 €.

Aujourd'hui, ce million d'€ supplémentaire apparaîtra, aux dires mêmes des porte-paroles des institutions bénéficiaires- Jean-Michel Vanden Eynde, Michael Sacchi, Pierre-Olivier Rolin ou encore Christelle Rousseau-, comme une reconnaissance du travail de fond réalisé, mais aussi une aubaine pour renforcer l'acquis, un ballon d'oxygène pour développer la diversité et la qualité de l'offre culturelle, du travail scientifique ou pédagogique.