Une auberge de jeunesse "Arthur Rimbaud" pour l'automne prochain

Mardi 06 février 2018 - 11:50

Cette fois c’est une certitude : la Ville de Charleroi aura bien son au Auberge de Jeunesse. Baptisée Arthur Rimbaud par le promoteur, elle sera idéalement située au cœur de la ville basse, dans un bâtiment érigé à l’angle de la rue du Canal et la rue de Charleville. Ouverture prévue à l’automne prochain.

Voilà de nombreuses années que l’idée de doter Charleroi d’une auberge de jeunesse digne de ce nom était dans l’air du temps… Aujourd’hui, c’est une réalité : la première métropole wallonne, qui était la seule sans doute à ne pas disposer d’une telle infrastructure, en aura bel et bien une d’ici 7 mois environ à dater de ce 6 février, jour qui a vu le Collège communal attribuer le marché à IRET Development, bien connu des Carolos puisqu’il n’est autre que l’auteur du complexe commercial Rive Gauche. Et pas n’importe laquelle des auberges de jeunesse : Avec sa capacité de 192 lits, ce devrait être la plus grande de Wallonie ! Cela valait bien la peine d’attendre…

« C’est une aubaine pour notre ville et pour son offre touristique », indiquait ce mardi matin le bourgmestre Paul Magnette lors d’un point presse. « Avec la rénovation de la ville basse et l’avènement de Rive Gauche, on a vu récemment l’offre d’hébergement hôtelier s’étoffer d’une enseigne Novotel flambant neuve. Aujourd’hui, avec l’auberge de jeunesse, nous allons vers plus de diversité pour répondre à l’ensemble de la demande, particulièrement du jeune public. Il s’agit d’un investissement très important pour Charleroi : Pas moins de 11 millions d’euros, dont 9 millions de subsides régionaux (3 millions en provenance du CRAC et 6 millions du Commissariat général au Tourisme). Il est d’autant plus opportun que nous avons, à Charleroi, un aéroport des plus dynamiques, qui a atteint les 7,7 millions de passagers en 2017, soit autant de voyageurs qui transitent par notre région. Notre défi consiste à les attirer en centre-ville afin que celui-ci devienne le point de départ de la découverte de la métropole, de ses richesses et de son bassin de vie". Selon le bourgmestre,  l’auberge de jeunesse (qui sera sans doute gérée par l'asbl éponyme) devrait en outre générer la création d’une dizaine d’emplois.

« Ce dossier est incontestablement un des beaux dossiers engrangés au cours de cette mandature. C’est, pour mon département du Tourisme et moi-même, le dossier-phare en matière d’infrastructure », soulignait pour sa part l’échevine Anne-Marie Boeckaert. « Je voudrais insister sur l’offre d’hébergement que nous allons ainsi pouvoir proposer et sa cohérence par rapport à la stratégie de développement de notre ville : une offre pour la jeunesse ! Ce n’est évidemment pas anodin. La jeunesse carolo a bien senti la transformation qui est en train de s’opérer dans notre ville ; elle en est d’ailleurs un acteur majeur. Avec l’ouverture de l’auberge de jeunesse, nous allons maintenant pouvoir héberger les jeunes du monde entier, attirés par notre offre touristique, événementielle et culturelle ».

Concrètement, il s’agira d’une auberge « clé sur portes » que s’est engagé à fournir IRET Development. A terme, d’ici quelques deux-cents jours de travaux.

«le gros œuvre est terminé, tous les choix conceptuels ont été opérés, les techniques et les études sont également terminées, les entreprises soumissionnaires ont été désignées. D’ici 15 jours, on pourra entamer la phase d’équipement du bâtiment » précisait de son côté Raphaël Pollet, chargé de projet pour IRET Development.

A l’angle de la rue du Canal et la rue de Charleville, c’est là que se concrétisera cette auberge de jeunesse, dans un bâtiment faisant coin attenant à l’exceptionnel immeuble classé Piano De Heug considéré comme un exemple de l’architecture moderniste (en cours de rénovation par IRET Development et longtemps pressenti pour accueillir l’auberge carolo).

Concrètement, il comprendra un sous-sol, un rez-de-chaussée et 5 étages en léger recul. L’immeuble est en grande partie un immeuble existant rénové et transformé en établissement d’hébergement (gros œuvre et façade) mais pour lequel toute la zone d’entrée (rue du Canal) et des circulations verticales publiques est récente et a été conçue en fonctions des besoins de ce type d’établissements.

Conformément au cahier des charges et aux critères repris dans les labels Clé Verte et Hostelling International, l’auberge sera composée d’un total de 192 lits répartis sur 43 chambres de 2, 4 et 6 lits d’une superfie allant de 15 à 30 m².

14 chambres ont été prévues modulables (8 chambres à 4 lits et 6 chambres à 6 lits pourront ainsi être transformées pour s’adapter à un nombre inférieur d’occupants et pour disposer d’une configuration « avec lit double »). Parmi les chambres à 4 lits, 3 seront des chambres PMR.

L’auberge Arthur Rimbaud comprendra par ailleurs un grand espace « lobby-salon-lounge », un ensemble de salles de séminaires (une grande salle de réunion de +/- 100 personnes ; trois salles de +/- 25 personnes.)

Localisation idéale

Située à un jet de pierre de la gare du Sud (200 m) et du pôle de commerces et d’animation de la ville-basse ( 60 m du Quai 10, 40 m de Rive Gauche, 25 m du quai Arthur Rimbaud, récemment rénové sous forme de promenade piétonne, à 150 m de la nouvelle place Verte et du bd Tirou,…) on peut dire que l’auberge de jeunesse jouira d’en emplacement stratégique et privilégé, dans un quartier en pleine reconversion.

Télécharger les photos en Haute définitition 

Crédit photos: Assymétrie, M. Simon