Une Cité administrative à Charleroi

Mardi 22 Mai 2018 - 13:23

Un meilleur cadre de vie au travail pour les agents, un meilleur service au citoyen, une opération neutre pour la Ville.  

Après avoir mis à disposition de la Zone de Police une tour flambant-neuve et entièrement conçue pour les fonctionnalités de ce corps de métier, après avoir doté la Zone de secours Hainaut-EST de la caserne la plus grande et la plus moderne d’Europe, la Ville de Charleroi souhaite offrir un nouveau cadre de travail, agréable et fonctionnel au personnel de son administration. Partant, c’est tout le service rendu au citoyen que la Ville entend améliorer.

Si l’idée n’est pas neuve, le projet d’une cité administrative pourrait prendre un nouvel élan suite à la mise en vente d’un bâtiment à la Ville basse, d’une capacité d’accueil suffisante pour l’ensemble des membres du personnel concernés, soit quelque 800 employés. Sa création est par ailleurs recommandée dans le cadre du plan de gestion de la Ville de Charleroi.

Dès lors, en sa séance du mardi 22 mai 2018, le collège a mandaté l’administration pour entrer en négociations avec le propriétaire du bâtiment en vue d’une opération d’acquisition. L’édifice convoité présente l’avantage de sa configuration, déjà en bureaux, et de son accessibilité pour tous, à proximité de la gare et du métro. Pour mener à bien ce projet, la Ville a travaillé à l’élaboration d’un montage financier de sorte que l’opération soit neutre sur le plan financier. Nous y revenons ci-dessous. 

Un montant de 30 millions d’euros, correspondant à l’achat, aux travaux d’aménagement (via un bureau d’études spécialisé) et d’équipement de cette cité administrative, est d’ores et déjà inscrit au budget.

Les études en matière de ressources humaines le confirment, un cadre de vie agréable au travail est un facteur essentiel de bien-être et de performance. Et l’on sait par ailleurs que les missions de l’administration sont devenues plus complexes et plus variées, occasionnant pour les agents une difficulté accrue dans l’exécution de leur tâche.

En marge de l’amélioration, qui contribuera immanquablement à la motivation des agents, l’objectif est aussi d’accroître l’efficacité en regroupant l’ensemble des services de la Ville à deux exceptions près : Les services techniques (travaux écologie urbaine, logistique, etc.) opérant sur le terrain et les services en contact direct avec la population, en raison de l’évidente nécessité d’offrir un service de proximité à la population, via les guichets citoyens sur chacun des 5 districts.

Cette opération ne sera pas sans laisser un certain nombre de bâtiments désoccupés pour lesquels plusieurs scenarii sont d’ores et déjà envisagés. Quatre bâtiments sont pressentis à la vente, plusieurs autres seront conservés dans le patrimoine de la Ville, feront l’objet de travaux de rafraîchissement tantôt pour garder des services de proximité ou tantôt pour être mis en concession afin de favoriser le déploiement de la vie associative.

Deux d’entre eux feront l’objet d’une reconfiguration complète avec des améliorations en termes de mobilité et de qualité de l’espace public directement avoisinant. 

Une opération neutre pour la Ville

Compte tenu des recettes conjuguées de la vente de certains bâtiments communaux (estimées à environ 12 millions d’euros), de la mise en concession d’espaces et des économies d’énergie qui pourront être réalisées (évaluées à 900.000 €/an à envisager sur 30 ans), l’opération d’achat et d’aménagement est neutre pour les finances communales.