Ville: Tous les bons voeux de Cristal aux forces vives

Mercredi 18 Janvier 2017 - 10:54
Journée placée sous le signe des voeux pour le Collège communal, ce mardi 17 janvier. Après ceux adressés au personnel communal et à la presse l'après-midi, c'étaient ceux adressés aux forces vives de Charleroi, en début de soirée, au PBA. La cérémonie de remise des Beffrois de Cristal, rehaussée par la présence de quelques 850 acteurs du monde économique, social ou culturel et orchestrée par Luc Maton, clôturait ce sympathique rituel de l'An Neuf. Qui n'est pas seulement l'occasion de se réciproquer de petits mots gentils mais aussi, on le sait, de dresser un petit bilan des actions et projets finalisés. Et de tracer quelques perspectives...
 
Si le professeur Laurent Petit, de l'Agence Nationale de Pyschanalyse urbaine, s'employa en prélude, sur le ton de l'humour, parfois corrosif, à cerner notamment d'où Charleroi tient cette tendance maniaco-constructive qui la met perpétuellement en chantier depuis qu'elle fut portée sur les fonts bapstimaux par un certain Charles II en 1666, ce fut le bourgmestre en titre Paul Magnette qui, plus sérieusement, s'employa, après lui, à épingler tout d'abord les quelques moments forts de l'année écoulée en termes de réalisations et de décisions.
 
Alors si on ne devait en retenir qu'un de ces moments forts, ce serait bien entendu le 350è anniversaire de la Ville qui a vu se développer au travers de multiples manifestations et événements une énergie et un enthousiasme extraordinaires tout azimuts.
 
Mais 2016 restera marquée aussi par ce prix de la Communication attribué à Charleroi histoire de saluer son travail de refonte graphique; le lancement du Plan routes (des kilomètres de voiries et de trottoirs déjà rénovés), l'inauguration de plusieurs parkings vélo dans la perspective de favoriser la mobilité douce. En parlant de mobilité douce, retenons l'ouverture du tout nouveau Centre de Distribution Urbaine City Dépôt, près de la gare de l'Ouest. C'était en avril, mois qui a vu aussi le lancement du premier Pop & C, initiative prise pour remailler le tissu commercial de proximité.
 
A peu près à la même époque, intervint la décision de rendre gratuites les garderies scolaires.  Dont côut 1 millon d'euros pour cette mesure qui profite, a rappelé le bourgmestre, à quelques 15.000 familles. « La sécurité n'a pas été oubliée: une enveloppe de 900.000 euros a été dégagée presque au même moment pour permettre à la police locale d'intensifier ses opérations de contrôle.  Ce budget sera pérennisé pour les deux années à venir. Il permettra notamment la création de brigades spéciales pluridisciplinaires pour intervenir sur les zones les plus sensibles de l'entité ». 
 
Alors 2016, ce fut aussi la poursuite de cette belle opération menée au coeur du Parc Astrid avec toujours plus de succès: Quartiers d'été; ce fut les cérémonies plus fastes que d'habitude du 60è anniversaire de la catastrophe du Bois du Cazier à Marcinelle. Une tragédie, comme le fut l'agression, en plein mois d'août, de deux policiers et sans doute, à un autre niveau, l'annonce par la direction américaine, de vouloir fermer l'usine Caterpillar, à Gosselies. C'était début septembre. A la veille du grand jour anniversaire de Charleroi. Comble de cynisme...
Plus positivement, septembre vit se décliner ci et là toute la belle folie du festival d'Art urbain Asphalte; il vit l'inauguration tant attendue du nouveau stade Jonet, devancée par celle non moins espérée de la nouvelle caserne des pompiers de la zone de Secours Hainaut Est, à Marcinelle. Que retenir encore de 2016? L'inauguration de trois nouvelles écoles, celles de la Bassée à Roux, du Bois à Ransart ou de l'Ouest, à Lodelinsart, l'inauguration du nouveau terminal de BSCA, et puis, last but no least, cette cerise sur le gâteau qu'est le Village de Noël et l'opération Viva For Life organisés sur la place de la Digue.
 
Dixit P. Magnette « 2017 sera une année d'aboutissement . Le complexe commercial Rive gauche sera inauguré le 9 mars. Il génèrera la création de 600 emplois supplémentaires. Cela aura un effet sur toute la ville basse. C'est une locomotive qui participera au redéploiement de l'ensemble du tissu commercial ». 2017, "ce sera aussi l'année de la reprise du complexe maniaco constructeur ». Tiens, tiens... avec l'entame des travaux dans le cadre du projet Charleroi DC (Palais des Expos, centre des Congrès, requalification de l'espace public,...). Mais pas seulement. Parce que « la culture est au coeur de nos préoccupations, des travaux sont également programmés au Théâtre de l'Ancre où du côté du bd Mayence, là où devrait venir se greffer le futur Musée des Beaux-Arts. Bref, bien de belles choses à réaliser et concrétiser. 
 
Tout cela, dans la perspective de poursuivre la dynamique dans le coeur de ville.Au nord, elle est déjà fort marquée du côté de l'aéroport et du biopark. Sans création d'emplois, pas de reconstruction. A ce titre, « nous misons beaucoup sur le développement de l'aéroport. C'est un de nos leviers de redéploiement très important". doté d'un tout nouveau terminal, BSCA vise les 11 millions de passagers d'ici 5 ans. "Nous misons aussi beaucoup sur le Biopark. Si, aujourd'hui, 1100 personnes y travaillent, l'objectif est qu'il y en ait trois mille d'ici six ans sur ce site qualifié de 9è plus dynamique en Europe... « C'est tout cela qui nous donne des raisons d'espérer et de dire, notamment aux jeunes, de rester car il y a un avenir à Charleroi ».
 
Premier acte sous le signe de l'humour, 2è acte sous celui du bilan et des perspectives, le 3è acte récompensait, en guise de clôture, ces citoyens résolument engagés dans l'amélioration de l'image de la ville, qui ont pris des risques en investissant dans la région ou qui oeuvrent à la relance de la machine. Bref, les forces vives, comme on les appelle. Cette année, les Beffrois de Cristal ont été décernés à
 
Copécoo –premier supermarché participatif carolo qui propose des produits bios, équitables et d'entreprises à finalité sociale ( Marchienne – au – Pont). « Actuellement, notre magasin se trouve sur le site de l'ASBL AVANTI à Marchienne-au-Pont qui s'occupe de réinsertion professionnelle. Cette localisation donne un supplément d'âme à notre projet "devait souligner Marie France Lecomte, au nom de cette coopérative qui entend remettre l'économie au service de l'homme et de l'environnement;
 
Nicolas Byloos, un fou d'informatique qui a eu la bonne idée de créer, en 2013, une page Facebook « Evolution carolo » qui recense tous les événements se déroulant dans notre belle cité. Son objectif : « faire découvrir ce qui m’avait séduit à Charleroi par le biais de photos, articles de presse et autres événements. Au fil du temps et grâce à la magie des réseaux sociaux, Evolution Carolo a grandi et m’a permis de faire de très belles rencontres révélatrices de la convivialité et de la solidarité carolo » ( www.evolutioncarolo.be )
 
La Manufacture Urbaine:  La Manufacture Urbaine, devait souligner en substance Jurgen Dewijn, est une plate-forme engagée dans la production et la valorisation d'une alimentation de qualité, et de la culture qui l'accompagne. Elle produit des aliments qui font notre quotidien (bière, pain, café), avec savoir et savoir-faire. Elle se donne pour mission d'éveiller et d'initier à ces « arts de faire », mais aussi de transmettre le goût et la connaissance d'une création de qualité. L'Atelier de la Manufacture Urbaine sera inauguré ce printemps (dans les locaux de l'ancienne médiathèque). Il sera un lieu pluriel : nous y brasserons de la bière, y produirons du pain et y torréfierons du café, mais nous vous y accueillerons aussi le temps d’une dégustation, d’un verre entre amis ou d’une petite restauration. Plus encore, nous y proposerons des interventions, concerts, expositions, ateliers et événements sur mesure".
 
Aux résistants de la ville basse. Représentés par Paul Catoir et Etienne Granchamps, la ville a souhaité ainsi mettre à l'honneur tous ceux qui- ils sont encore 35 aujourd'hui-, ont, envers et malgré tout, poursuivi dans l'abnégation leur activité dans le contexte des grands travaux à la ville basse.