De Charnoy à Charleroi: Contexte historique de la fondation d'une ville

 

Les premières mentions d'un peuple belge apparaissent dans l'histoire écrite de l'humanité, vers 58 avant JC, dans la Guerre des Gaules: Jules César y parle des Belgicae qui seraient les plus courageux. Autrement dit, ceux avec qui il rencontra le plus de difficultés lors de la « pacification » de ces régions. Gaulois ou Germains, leur origine reste floue, mais ces peuples celtes seront appelés les plus braves, par J. César.

L'organisation rigoureuse des Romains en pays conquis durera environ 4 siècles.

Vers 458, Childéric 1er (vers 440-481) et ensuite son fils Clovis (466-511), marquent le début de la dynastie des Mérovingiens, suivis par les Carolingiens. Parallèlement à la chute de l'empire romain, une ère de christianisation massive commence, de même qu'une relance économique. Charlemagne (742?-814 ) agrandit l'empire franc que les guerres de succession et les invasions diviseront ensuite.

Il faut attendre le premier quart du Xème siècle pour qu'une réunification du territoire se forme, composé de fiefs autonomes , dont les duchés de Brabant, de Limbourg, du Luxembourg, les comtés de Hainaut, de Namur et la principauté de Liège. Dès lors, on assiste au développement de villes. Grâce aux axes fluviaux , les échanges commerciaux connaissent un essor croissant. Néanmoins, les relations entre les villes n'offrent pas que des avantages: elles favorisent aussi la propagation des épidémies. Parmi celles-ci, la peste décime de nombreuses populations, partout en Europe, et même au-delà.

La naissance de Charles Quint, (Gand 1500-Yuste, Es, 1558), précise une nouvelle étape dans la constitution des états. Héritier à lui seul des Habsbourg, de l'Espagne, de la maison de Bourgogne, d'Autriche et des Pays Bas, possesseur des colonnies espagnoles d'Amérique, il prétend, il est vrai, à un empire « où le soleil ne se couche jamais ».

A la mort de Maximilien d'Autriche, son grand-père paternel, la succession se traduit par un affrontement entre Charles et François Ier , roi de France, son rival dans la course au pouvoir sur l'Europe. Charles sera élu empereur par la force de l'or, avec l'appui des banquiers autrichiens.

Le conflit qui l'oppose au roi de France, François 1er, et à son allié Henri VIII d'Angleterre l'empêchera néanmoins de réaliser son rêve de rétablir l'empire de Charlemagne.

Un siècle plus tard, en 1658, le Traité des Pyrénées mit fin au conflit franco-espagnol dont l'origine remonte à la Guerre de Trente Ans (1618-1648). Les représentants des couronnes de France et d'Espagne signent un accord de paix, scellé par le mariage de l'infante d'Espagne, Marie-Thérèse, fille aînée de Philippe IV, avec Louis XIV roi de France (cousins doublement germains, âgés de 21 ans). Mais la paix tourne court. Philippe IV a refusé de payer la dot de sa fille et l'a évincée de sa succession, afin d'éviter d'offrir l'Espagne au roi de France. Philippe décède en septembre 1665 et son fils Charles II, âgé de 3 ans, monte sur le trône d'Espagne. Sa mère, Marie-Anne d'Autriche, seconde épouse, nièce et veuve de Philippe, assure la régence.

A cette époque, dans le comté de Namur, sur la rivière Sambre, le village de Charnoy compte 350 habitants. Ils vivent de l'extraction et du commerce de la houille, et pratiquent le travail du fer, notamment la clouterie. La présence de la rivière permet le transport des marchandises et explique cette concentration humaine, au XVIIè siècle.

1666, sous le commandement du marquis de Castel Rodrigo, les Espagnols commencent la construction d'une forteresse sur une coline choisie pour sa hauteur et son emplacement stratégique, étudié pour constituer une tête de pont vers le Brabant et les Pays Bas. Ils fondent une place forte à laquelle ils donnent le nom de leur roi Charles: Carolo Regnum (Charles Roi).

Les revendications de Louis XIV pour obtenir la dot et l'héritage de Marie-Thérèse ayant échoué par voie diplomatique, il entame une lutte armée contre l'Espagne, à la mort de son beau-père Philippe IV. Avant l'arrivée des troupes françaises, les Espagnols détruisent partiellement la forteresse. Les Français s'y installent, sans coup férir et la reconstruisent. Vauban avec l'ingénieur Choisy , l'agrandit et l'améliore en 1667: elle est considérée comme le vrai rempart de la France

La rivalité ancestrale entre la France et l'Espagne se poursuit entre Pays Bas et Picardie, à laquelle se mèlent les participations hollandaise et autrichienne.

1672: Charleroi est française.

1673-74: Louis affronte une nouvelle coalition; Guillaume d'Orange est à la tête de l'armée alliée.

1677: nouveau siège de Charleroi par le prince d'Orange; incendie de Marcinelle par les Espagnols.

1678: traité de Nimègue, Charleroi retourne à l'Espagne.

Mais Louis XIV repart en guerre contre les places fortes des Pays-Bas. Mons est prise en 1691 et Namur en 1692. Il manque Charleroi dans l'escarcelle française.

1693: un guerre de tranchées, comparable à la bataille de l'Yser de 1914, se produit. Sur ordre de Vauban, un réseau de tranchées a été creusé, proche de celui de Dixmude. Après une lutte et de nombreux pourparlers, les Espagnols se rendirent et les Français reprirent la forteresse pour quelques années: Charleroi redevient espagnole par le traité d'Utrecht en 1697 et repasse aux mains des Français en 1700.

1715 marque la mort de Louis XIV; les français évacuent la ville un peu avant son décès.

Plusieurs traités seront signés et le dernier, en 1715 installe enfin une période de paix sous l'empereur d'Autriche, Charles VI.

Le démantèlement de la forteresse en 1747 favorise une renaissance économique pour la ville.

La ville de garnison sera donc le théâtre d'affrontements entre Français, Espagnols, Hollandais, Autrichiens... jusqu'à la révolution belge de 1830 qui marque le début d'une paix durable: farouchement opposé à la puissance hollandaise, le peuple se révolte contre le roi Guillaume 1er des Pays Bas et la Belgique est proclamée par le gouvernement provisoire, le 24 septembre 1830. C'est un Saxe-Cobourg qui est choisi pour devenir le premier roi des Belges: Léopold Ier.

En bref, le choix de Charleroi comme place forte est lié à sa situation géographique, son altitude et à l'antagonisme séculaire entre le France et l'Espagne. L'origine du conflit remonte à Charlequint qui par la puissance financière, obtient la majeure partie de l'Europe, au détriment de François Ier. Le but premier des monarques étant l'agrandissement de leur territoire, les guerres se succéderont en terre de Charnoy et ensuite de Charleroy. Il faut attendre le 19è siècle pour voir s'installer une paix que viendront bousculer les 2 guerres mondiales d'un 20è siècle encore tout proche.